Les bâtiments représentent près de 30% des émissions de CO2 des Français. L’état met tout en œuvre pour réduire ces émissions pour arriver à la neutralité carbone d’ici 2050. Une précédente réglementation, la RT2012 (Réglementation Thermique), imposait déjà un cahier des charges spécifique, la nouvelle réglementation RE2020 (Réglementation Environnementale) va au-delà de ces exigences. La nouvelle réglementation RE2020 s’appliquera à toutes les constructions neuves à partir du 1er janvier 2022. Trois principaux axes sont concernés : l’impact carbone, la performance énergétique et le confort d’été. 

Un cahier des charges qui change avec la RE2020

La nouvelle réglementation RE2020 pour « Réglementation énergétique 2020 » impose de nouvelles exigences en performances thermiques, en isolation, en construction, le tout dans une démarche éco responsable. Les documents ministériels et les décrets sur la nouvelle RE2020 décrivent ces exigences. 

Réglementation RE2020

Le Bbio Froid

Le Besoin de Froid, ou Bbio froid est un indicateur qui était déjà présent dans la RT2012. Il devra être dans la nouvelle réglementation RE2020 en moyenne 30% inférieur à celui de 2012. Ainsi, pour faire baisser cet indicateur, il est possible de :

  • Renforcer l’isolation 
  • Optimiser de l’orientation du logement 
  • Diminuer son rapport entre son volume chauffé et sa surface de déperdition (compacité) 
  • Le rendre plus perméable à l’air 
  • Favoriser les apports du Soleil 

L’indice Degrés-heures

Le DH (degrés-heures) est un nouvel indice de confort. Il possède 3 niveaux d’exigence : confortable (DH<350), inconfort intolérable (DH>350) et inconfort inacceptable (DH>1250). Si vous dépassez la valeur de 1250, votre ouvrage n’est pas réglementaire. Entre 350 et 1250, la RE2020 impactera votre indice CEP qui veut vous inciter à augmenter l’efficacité thermique de votre ouvrage. En effet, vous devez être en dessous de 350 afin d’être conforme. 

Selon le ministère de la transition écologique, un DH de 1250 « correspondrait à une période de 25 jours durant laquelle le logement serait continument à 30°C le jour et 28°C la nuit. ». Entre 350 et 1250, l’état pénalise les constructeurs et ces pénalités seront forfaitaires. 

L’état incite à trouver des solutions passives de climatisation : forme du bâtiment, orientation, puits climatiques. 

Un nouvel indice : l’Ic energie

L’indice Ic Énergie représente le bilan carbone de l’énergie utilisée dans les bâtiments. Il change dans les maisons individuelles dès 2022 et pour les logements collectifs dès 2025. Une dérogation est disponible pour les logements collectifs raccordés à des réseaux de chaleur. Ces seuils sont particulièrement bas et disqualifient de base le chauffage au gaz naturel, et ce dès 2025 dans les logements neufs. Les exigences chiffrées du ministère sont disponibles ci-dessous pour chaque type de logement. 

Réglementation RE2020

Le contenu carbone du chauffage électrique change aussi. L’ADEME (Agence de la transition écologique) a mis en place une nouvelle approche statistique de cet indice. Elle a mis en place une méthode « mensualisée par usage».  Les pouvoirs publics l’adoptent dans le cas de la RE2020. Alors que l’exigence était de 210gCO2/kWh dans la RT2012, elle passe à 79gCO2/kWh dans la RE2020. L’état n’encourage pas une transition massive vers des radiateurs électriques, mais vers des modes de chauffages très efficaces comme les pompes à chaleur. 

Une nouvelle méthode de calcul de l’impact écologique de la construction

Le Calcul de l’analyse du cycle de vie (ACV) traduit l’impact écologique des composants utilisés par construits. Il prend en compte dans son calcul les émissions des énergies consommées dans la phase chantier, les matériaux et produits, ainsi que le type d’infrastructure. Il est à noter que les émissions liées à l’émission immédiate de gaz à effet de serre ont un poids plus important dans les calculs. Certains matériaux sont mis en avant dans cet indicateur. On retrouve par exemple le bois et les matériaux biosourcés qui émettent peu lors de la fabrication et stockent du carbone.  Les fabricants doivent mettre a disposition les données relatives à l’impact du chantier  et passent à travers un processus de vérification. 

De plus, l’état met l’accent sur toutes les actions en faveur de la décarbonation de la construction. Il encourage notamment l’usage de matériaux géosourcés (la pierre de taille, la terre crue par exemple), les constructions mêlant les matériaux (bois et béton, bétons végétaux).  Les seuils d’exigences diffèrent selon la nature du logement, collectif ou individuel. De plus, la localisation géographique de l’ouvrage les modulera aussi. En effet, dans les zones climatiques chaudes, l’utilisation de matériaux respectueux ne garantit pas toujours le respect d’autre critère d’exigence en termes de confort thermique. 

Réglementation RE2020

Les objectifs de la RE2020

L’état s’engage résolument dans le sens de la transition énergétique, et la transition dans le secteur du bâtiment est une de ses priorités. Il a défini des objectifs et des axes de développement autour des Bâtiments Bas Carbone et Bâtiments à Énergie Positive. De nouveaux indicateurs permettent de mesurer l’impact de la construction et l’utilisation des logements neufs. Cette démarche s’insère dans un objectif de neutralité carbone des Français d’ici 2050. 

Réglementation RE2020

Les coûts de la transition vers la réglementation RE2020

Une réglementation plus sévère implique toujours des surcoûts. Ces surcoûts peuvent être d’autant plus importants avec la Re2020 avec l’interdiction quasi automatique du chauffage à gaz (voir l’indicateur Ic Énergie). Lors de la mise en place de la RT2012, les surcoûts anticipés étaient de 10% à 15%, cependant ces surcoûts étaient largement surestimés. En ce qui concerne la RE2020, les surcoûts sont estimés à maximum de 10% à l’horizon 2031 par rapport aux coûts actuels de construction. De plus, ces surcoûts peuvent être atténués en prenant par exemple en compte la baisse des coûts énergétiques. C’est en tout cas l’avis du ministère, mais en réalité de nombreuses voix s’élèvent contre ces nouvelles réglementations. 

La RE2020 va faire de grands gagnants : les matériaux biosourcés, le bois, les pompes à chaleurs. Il va cependant faire, du même coup, de grands perdants : l’acier, le béton et matériau à empreinte carbone élevé et surtout le gaz naturel, banni d’office du chauffage dans les logements neufs. La RE2020 a en quelque mois changé le visage du secteur de la construction en France. Il faut cependant du temps aux constructeurs pour s’adapter. C’est pour cela qu’on a repoussé la date d’application de cette loi d’un an. 

nouvelle reglementation

Laisser un commentaire