La smart city décuple les fantasmes et les anime les débats sur la transition énergétique. On lit et écrit beaucoup sur la smart City, sans imaginer qu’elle puisse prendre forme un jour. Le fait est que la smart city est déjà là, et elle intègre déjà des composantes environnementales ambitieuses. La smart city et la rénovation énergétique peuvent aller de pair dans le monde de demain.

La smart city, c’est quoi ? 

En 2020, plus de 50% de la population mondiale vit dans les villes. Cette proportion pourrait même passer à 70% de la population en 2050. Sur un si petit espace, 2% de la surface terreste, près de 80% des gaz à effets de serres sont émis. Repenser la ville de demain est donc un enjeu fondamental dans la lutte contre le changement climatique. Fort ce constat, la Smart City est un concept qui vise à optimiser l’espace de vie des habitants, leur consommation, mais aussi leur bien-être. Ces projets ne sont pas nouveaux et se sont développés principalement en Asie, à Singapour et en Corée. 

Quand on pense à smart city, on pense souvent à de nouvelles villes construites de toute pièce dans le désert d’Arabie où aux confins de l’Asie. De nombreux exemples existent pourtant en Europe, dans des villes qui ont su s’adapter afin de réduire leur impact écologique. La ville de Barcelone a équipé ses lampadaires de LED basse consommation, menant à une baisse de 30% de l’énergie consommée dans l’éclairage urbain. La smart city, c’est avant tout une ville déjà existante qui s’adapte à son temps. C’est aussi un nouveau modèle de ville verte développée avant tout pour ses citoyens.

smart city et rénovation énergétique

La smart city et rénovation énergétique sont-ils compatibles ?  

Comme la meilleure énergie est celle que l’on ne consomme pas, le meilleur bâtiment est celui qui existe déjà. Il reste alors à adapter les bâtiments aux exigences environnementales. Il faut réutiliser les structures et les rénover, les isoler, les modifier afin d’atteindre la neutralité carbone.  

La hausse des températures affectera particulièrement les villes : la température moyenne d’un mois de juillet bordelais a grimpé de 17 °C à 20 °C en 70 ans. L’installation d’isolation intérieure et/ou extérieure est nécessaire dans une ville de plus en plus chaude. Le recours à la climatisation est à proscrire si on veut s’inscrire dans une démarche durable. 

De nouveaux matériaux 

A la place du béton, très polluant et mauvais isolant, de nouveaux matériaux voient le jour. Ces matériaux permettent de stocker le carbone et sont de meilleurs isolants. Le bois, les matériaux végétales apportent du confort thermique et sont éco responsables 

Suivre la consommation 

La mise en place de dispositif numérique permet de mieux suivre sa consommation énergétique. Le plan de France Relance insiste sur la nécessité d’utiliser des instruments de mesures numériques pour baisser la consommation énergétique des bâtiments. Ces outils permettent de repérer les anomalies et fuite d’eau, la mauvaise qualité de l’air. Ils permettent aussi de mieux connaître les besoins en énergie et adapter les moyens de production d’électricité renouvelable. 

Une rénovation intelligente d’un bâtiment touche à la fois le bâti, les systèmes actifs et le numérique 

Jean-Christophe Visier, chargé de Prospective sur le bâtiment à l’ADEME

Des possibilités d’innovations écologiques 

Avec la smart city et l’intégration de nouveaux outils de mesures, de nombreuses possibilités s’ouvrent à nous. Des entreprises comme dalkia innove pour proposer un smart grid thermique qui permet d’analyser les données de consommations des habitants afin d’optimiser la distribution d’énergie notamment lors des vagues de froid et de chaleur.  

La Ville de Nantes à lancé le City Lab en 2017. Une des innovations du City Lab est le projet Interactive data light, qui permet de limiter la consommation électrique d’éclairage grâce à une mesure précise des besoins de consommation.  D’autres projets sont en cours de développement, notamment le Smart Eco réno, où 1325 logements et leur consommation sont mesurée grâce au numérique. 

Laisser un commentaire