L’électricité représente une part importante de notre consommation d’énergie quotidienne. Cependant, cette électricité a un impact sur l’environnement. En effet, les centrales électriques qui utilisent des énergies fossiles sont très polluantes, et les centrales nucléaires posent des problèmes de déchets et de sécurité. Une solution à ce problème est de consommer de l’électricité verte. Les offres d’électricité verte se multiplient en France, mais qu’est-ce qu’une électricité verte ?

L’électricité verte en France

En France, la plupart de l’électricité vient du nucléaire, qui pose des problèmes de déchets radioactifs et de sécurité. D’autres modes de production sont développés avec succès en France. Afin de produire de l’électricité verte, il faut trouver une source d’énergie renouvelable et quasiment inépuisable. En réalité, le charbon et le pétrole sont renouvelables … mais ils mettent plusieurs centaines de millions d’années à se former.

Offres d'électricité verte
Production française d’électricité en juin 2021

Il existe donc l’énergie hydraulique, qui se sert du mouvement de l’eau sur terre, l’énergie éolienne, qui utilise la force du vent, et le solaire qui se sert des radiations du soleil. Ces énergies ne sont pas exactement renouvelables, la terre va en effet disparaître dans quelques centaines de millions ou milliards d’années. Mais cela ne nous concerne pas trop ! Il existe d’autre type d’électricité verte, en particulier l’électricité issue de la biomasse, même si cette solution est plus émettrice de gaz à effet de serre que l’éolien ou le solaire.

Les Français ne savent trop comment accélérer la transition vers de l’électricité renouvelable. De plus, beaucoup de français sont satisfaits du nucléaire. Pour ceux qui ne le sont pas, il existe des solutions ! En effet, vous n’avez pas de contrôle sur l’électricité, l’énergie électrique se déplace sous forme d’électrons et il est impossible de séparer les électrons nucléaires des électrons éoliens. En réalité, en souscrivant un contrat d’énergie verte, vous consommez la même électricité que votre voisin !

Alors quel intérêt de signer un tel contrat ? Dans ce contrat, le fournisseur s’engage à alimenter le réseau électrique avec de l’électricité verte. La quantité d’électricité verte injecté est la même que la consommation du foyer. Vous contribuez donc financièrement à la transition électrique, et tout le monde récolte les fruits de votre engagement.

Mais comment fonctionnent les offres d’électricité verte ?

Vous l’avez compris, vous ne recevez pas directement de l’énergie 100% verte chez vous, mais vous contribuez à sa diffusion dans tous les foyers français. Les certificats d’origines sont délivrés par Powernext, qui poussent donc les fournisseurs à développer leur portefeuille électrique vert. Il est à noter que la plupart de la contribution des fournisseurs d’électricité vient de l’énergie verte hydraulique.

Le Classement de Greenpeace des offres d’électricité verte

Greenpeace est un organisation non gouvernementale internationale qui a pour objectif de protéger le climat et l’environnement, elle a fait un classement des meilleurs fournisseurs verts. Greenpeace soutient totalement les projets d’énergie verte :

«Alors que les gros producteurs restent empêtrés dans des énergies du passé et des investissements toxiques, on observe une belle progression des énergies renouvelables. Pour preuve, fin 2019, cinq fournisseurs sont 100% renouvelables, contre seulement trois en 2017. En choisissant un fournisseur qui encourage réellement le développement des énergies renouvelables, les consommateurs et consommatrices agissent concrètement en faveur de la transition énergétique et du climat. Dans les années à venir, le développement des énergies renouvelables doit s’accélérer pour progressivement remplacer les énergies fortement émettrices de gaz à effet de serre ou génératrices de déchets radioactifs qui menacent la planète»

Alix Mazounie, Greenpeace France

Les fournisseurs sont classés dans des catégories

Les fournisseurs «vraiment verts»

Offres d'électricité verte

Enercoop, ex-aequo avec Plan te Oui, s’approvisionne   100 % en énergies renouvelables et soutient les petits producteurs indépendants. Mieux, ce fournisseur développe sa propre production d’électricité renouvelable et a presque doublé sa capacité de production en deux ans. De plus, Enercoop étant une coopérative, plus de la moitié de ses bénéfices sont réinvestis dans l’entreprise, notamment dans des projets citoyens. Producteurs et consommateurs participent ensemble aux prises de décision.

Planète Oui, ex-aequo avec Enercoop, a énormément progressé en matière d’énergies renouvelables depuis 2017. En 2019, ce fournisseur s’approvisionne à 100% en énergies renouvelables. Il est également producteur d’électricité solaire photovoltaïque et investit dans le raccordement de nouvelles capacités en France. Sa capacité de production a doublé en deux ans et va continuer d’augmenter. Ce fournisseur fait partie de ceux qui soutiennent activement le développement des énergies renouvelables en France.

Urban Solar Energy est un petit fournisseur arrivé sur le marché en 2018. Il s’approvisionne à 100 % en énergies renouvelables en 2019. Urban Solar energy soutient l’autoconsommation collective à partir d’installations photovoltaïques sur toitures dans les villes. Il prévoit d’investir à court terme pour développer sa propre capacité de production renouvelable.

Ilek s’approvisionne à 100 % en électricité d’origine renouvelable, d’origine éolienne, solaire et hydraulique. En revanche, Ilek ne prévoit pas d’investir dans les énergies renouvelables dans un avenir proche.

Plüm a énormément progressé en matière d’énergies renouvelables depuis 2017. Depuis 2019, il s’approvisionne à 100 % en énergies renouvelables, d’origine hydraulique, éolienne et solaire. En outre, Plüm valorise activement les économies d’électricité. D’un autre côté, Plüm ne prévoit pas d’investir dans les énergies renouvelables dans un avenir proche.

Les fournisseurs « en bonne voie »

Offres d'électricité verte

Mint Énergie fait des efforts en matière d’électricité renouvelable. Depuis son arrivée sur le marché de l’électricité au printemps 2017, ce fournisseur a progressé : en 2019, 3/4 de l’électricité fournie par Mint Énergie est d’origine renouvelable. Pour le reste, ce fournisseur s’approvisionne encore en électricité d’origine non-renouvelable. Point positif : Mint Énergie s’engage dans la production d’énergies éoliennes et solaires et prévoit d’investir.

EkWateur reste stable et poursuit ses efforts en matière d’énergie renouvelable. En 2019, environ la moitié de l’électricité fournie par ekWateur est d’origine renouvelable, essentiellement en provenance de petits producteurs d’électricité hydraulique. L’autre moitié est d’origine non-renouvelable. Ce fournisseur d’électricité ne prévoit pas d’investir dans les énergies renouvelables dans un avenir proche.

Alterna fait des efforts en matière d’électricité renouvelable et a progressé par rapport à notre évaluation 2017. Ce producteur d’électricité a presque doublé sa capacité de production d’énergies renouvelables en deux ans. En tant que fournisseur en revanche, Alterna continue de s’approvisionner essentiellement en électricité d’origine non-renouvelable. Point positif : Alterna prévoit d’investir dans le développement de l’éolien terrestre et le solaire dans un futur proche.

Sélia poursuit ses efforts en matière d’électricité renouvelable. Ce producteur d’électricité a augmenté sa capacité de production d’énergies renouvelables de 25 % en deux ans. En revanche, en tant que fournisseur, Sélia continue de s’approvisionner essentiellement en électricité d’origine non-renouvelable. Point positif : Sélia va continuer d’investir dans le développement des énergies renouvelables dès 2020.

Gaz et Electricité de Grenoble (GEG) poursuit ses efforts en matière d’électricité renouvelable. Si 100 % de sa production et de ses investissements se font dans les énergies renouvelables, les volumes restent encore trop faibles par rapport à l’électricité fournie. En conséquence, GEG continue d’acheter essentiellement de l’électricité non renouvelable pour fournir ses consommateurs.

Les fournisseurs « à la traine »

Offres d'électricité verte

Energem-UEM est à la traîne en matière d’électricité verte. Seulement la moitié de l’électricité produite par Energem est issue d’énergies renouvelables et sa capacité de production a très faiblement augmenté depuis 2017. Pour le reste, Energem produit et achète de l’électricité essentiellement non renouvelable. Bonne nouvelle : Energem investit dans les énergies renouvelables.

Lucia Énergie produit un tout petit peu d’électricité renouvelable, d’origine hydraulique, et continue de s’approvisionner pour le reste sur le marché de gros de l’électricité, qui est essentiellement non renouvelable. Ce fournisseur prévoit cependant d’investir enfin dans les énergies renouvelables d’ici 2023. Énergies E.Leclerc est à la traîne en matière d’électricité verte. Bien que proposant des offres « vertes » associées à des garanties d’origine 100% françaises, ce fournisseur d’électricité ne soutient pas activement le développement des énergies renouvelables.

Proxelia est à la traîne en matière d’électricité verte. Ce fournisseur ne soutient pas le développement des énergies renouvelables : il achète exclusivement son électricité sur le marché de gros, qui est essentiellement non renouvelable. Proxelia prévoit toutefois d’investir dans les énergies photovoltaïques et éoliennes d’ici 2023. Énergies du Santerre est à la traîne en matière d’électricité verte. Ce fournisseur d’électricité n’a toujours aucune politique d’achat, de production ou de développement en faveur des énergies renouvelables. Il continue de s’approvisionner exclusivement sur le marché de gros et revend donc une électricité essentiellement non renouvelable

Butagaz est à la traîne en matière d’électricité verte. Ce fournisseur d’électricité ne soutient pas activement le développement des énergies renouvelables. Il achète la totalité de son électricité sur le marché de gros, qui est essentiellement d’origine non-renouvelable. Il n’annonce aucun investissement dans les énergies renouvelables dans un proche avenir.

Les supermarchés s’invitent dans la danse de l’énergie

GreenYellow et Cdiscount Énergie font tous deux partie du groupe Casino et sont à la traîne en matière d’électricité verte. Ces fournisseurs produisent un tout petit peu d’électricité d’origine photovoltaïque et ne prévoient pas d’investir dans les énergies renouvelables dans un futur proche. Pour fournir leur clientèle, ils s’approvisionnent exclusivement sur le marché de gros de l’électricité, qui offre une énergie essentiellement non-renouvelable. Lucia Énergie est à la traîne en matière d’électricité verte.

Énergies E.Leclerc achète la totalité de son électricité sur le marché de gros, qui est essentiellement d’origine non-renouvelable. Il n’a pas pour stratégie de produire ou d’investir dans les énergies renouvelables dans un avenir proche. Ohm Énergie est à la traîne en matière d’électricité verte. Bien que proposant des offres « vertes » associées à des garanties d’origine, ce fournisseur d’électricité ne soutient pas activement le développement des énergies renouvelables. Il achète la totalité de son électricité sur le marché de gros, qui est essentiellement d’origine non renouvelable. Il n’annonce aucun investissement dans les énergies renouvelables dans un proche avenir.

Les fournisseurs « vraiment mauvais »

Offres d'électricité verte

Iberdrola, groupe espagnol, fait partie des plus gros producteurs d’électricité au monde. Désormais, deux tiers de ses capacités de production d’électricité en Europe sont d’origine renouvelable grâce à un gros effort d’investissement dans l’éolien et le solaire qui va continuer dans les années qui viennent. Cependant, en parallèle de cette politique pro-renouvelable, Iberdrola reste plombé par ses activités nonrenouvelables et réinvestit dans ses centrales nucléaires vétustes en Espagne.

Vattenfall, groupe suédois, fait partie des plus gros producteurs d’électricité dans le nord de l’Europe. Désormais, près de la moitié de ses capacités en Europe sont renouvelables, essentiellement hydrauliques et éoliennes. Mais en parallèle, Vattenfall reste un gros producteur d’électricité issue du charbon, du gaz et du nucléaire. Sa politique d’investissement n’est pas 100 % renouvelable et Vattenfall réinvestit dans ses centrales nucléaires vétustes en Suède au lieu de prévoir leur démantèlement.

Les grands producteurs français aussi dans le rouge

Engie et sa filiale Happ-E continuent de progresser dans le domaine des énergies renouvelables : désormais, elles représentent 25 % de ses capacités nettes en Europe et Engie prévoit de gros investissements d’ici 2021. Malheureusement, malgré des efforts pour développer les énergies renouvelables et se délester du charbon, ce fournisseur continue de produire une électricité essentiellement d’origine nucléaire ou fossile. Sa politique d’investissement n’est toujours pas 100 % renouvelable car Engie continue d’investir dans ses centrales nucléaires vétustes en Belgique au lieu de préparer leur démantèlement.

Total Direct Energie est issu de la fusion de Total Spring et Direct Energie. En 2018, seulement un quart de ses installations produisaient de l’énergie renouvelable, le reste provenant de gaz fossile. Total Direct Energie prévoit d’investir davantage dans les énergies renouvelables mais le groupe auquel il appartient, Total, investit essentiellement dans les énergies émettrices de gaz à effet de serre et des projets de forage pétroliers et gaziers menaçant la biodiversité et le climat.

EDF et sa filiale Sowee n’investissent pas assez dans les énergies renouvelables. Elles représentent seulement 20 % des capacités de production d’EDF en Europe. Le groupe continue de produire et fournir une électricité essentiellement non-renouvelable, principalement issue du nucléaire. Par ailleurs, en Europe, EDF exploite encore de nombreuses centrales à charbon, fioul et gaz. En prime, malgré des effets d’annonce, EDF investit au moins cinq fois plus dans le nucléaire que dans les énergies renouvelables.

ENI, géant italien de l’énergie, n’investit tout simplement pas dans les énergies renouvelables. Résultat : moins de 1 % de ses moyens de production en Europe sont renouvelables et le groupe ne prévoit pas d’accroître sérieusement sa production d’énergie renouvelable en Europe dans un futur proche. Pire, l’essentiel des investissements d’ENI sont tournés vers l’exploitation et l’exploration du pétrole et du gaz, notamment en Arctique.

Changer de fournisseurs

Changer de fournisseurs d’électricité, c’est possible. Il existent beaucoup d’offres d’électricité verte. Le changement même souvent gratuit, et le nouveau fournisseur s’occupera des formalités avec l’ancien. Ce n’est pas le seul geste qui peut faire la différence dans la transition énergétique. Pensez aussi à installer une pompe à chaleur, ou changer votre chaudière.

Laisser un commentaire