L’État s’est donné l’objectif pour 2030 d’atteindre pour l’énergie renouvelable 35% de consommation d’énergie et 40% de la production d’électricité. On est bien loin avec nos 2% actuel d’énergie renouvelable parmi notre production d’électricité. Mais peut-être grâce à la baisse du prix du photovoltaïque, on y arrivera. Le prix du panneau photovoltaïque a baissé de 65% par rapport à 2010 et va continuer à baisser de 15 à 35% de leur prix actuel d’ici 2024. En gros le photovoltaïque est en plein essor et ne va s’arrêter juste là.

Comment ça marche ?

Un panneau photovoltaïque est un panneau solaire. Donc, il convertit l’énergie solaire en énergie électrique grâce à des cellules photovoltaïques constituées principalement de silicium.

Il en existe 3 sortes :

  • Le silicium amorphe : souple, pas cher, très peu durable et facilement transportable. Apparu dans les années 70, c’est lui qu’on retrouve dans nos calculatrices. En revanche, son rendement maximal est de 10 %.
  • Le silicium polycristallin : contient quelques impuretés et provient du silicium brut cristallisé. Son rendement peut atteindre les 18 % et sa durée de vie les 40 ans.
  • Le silicium monocristallin : presque aucune impureté et cristallisé également. Son rendement atteint les 25 % voire plus.

Revenons au panneau, l’électricité qu’il crée est en courant continu alors que nous utilisons chez nous du courant alternatif. C’est pour cela qu’il est nécessaire d’utiliser un onduleur qui va réaliser la transformation. Un deuxième équipement est aussi à prévoir : un transformateur. Celui-ci vous permettra d’envoyer votre électricité en cas de surplus au réseau EDF qui est en triphasé et non pas monophasé.

panneau photovoltaïque

Le panneau photovoltaïque, un équipement séduisant

Un placement intéressant

Alors que votre livret A  a un taux de rentabilité au cours de cette année de 0.5 %.. Le panneau photovoltaïque en une rentabilité de 9 % ! On comprend pourquoi 7 français sur 10 désire installer dans son logement cet équipement. Tous les coûts réalisés pour son achat, son installation et sa maintenance seront rentabilisés dès la moitié de sa vie. Je vous laisse faire le calcul sachant qu’un panneau photovoltaïque dure en moyenne 25 ans. Sachez qu’il est possible d’optimiser sa rentabilité en jouant sur plusieurs facteurs.

Comment l’optimiser ?

Sachez qu’il est possible d’optimiser sa rentabilité en jouant sur plusieurs facteurs :

  • L’ensoleillement de votre logement 
panneau photovoltaïque

Selon où vous habitez, il n’y a pas la même quantité d’énergie solaire qui arrive sur vos toits. Néanmoins la France a l’avantage d’avoir un très bon niveau d’ensoleillement, ce qui vous permettra de rentabiliser peu importe où vous êtes.

  1. Zone rouge -> Ensoleillement> 1 400 kWh/m²
  2. Zone orange foncée -> 1 200 kWh/m²< Ensoleillement < 1 400 kWh/m²
  3. Zone orange claire -> 1 000 kWh/m² < Ensoleillement< 1 200 kWh/m²
  4. Zone jaune -> 800 à 1 000 kWh/m²
  • L’orientation de votre logement

D’après des études, l’orientation sud est celle captant le mieux les rayons du Soleil. Mais ce n’est pas grâce à cela que votre vitesse de rentabilité sera divisée par 2.

  • L’inclinaison du toit

Il est préférable d’avoir un toit incliné entre 30° et 35°. Mais ce critère n’est pas fondamental, votre panneau photovoltaïque restera rentable au bout de 12 ans.

  • Les ombrages

Vérifiez que vous n’avez pas d’obstacle que ça soit un poteau, un arbre ou un bâtiment. Ce paramètre est très important, car il réduit votre surface de photovoltaïque et donc votre rendement suit. Il important d’étudier l’ombrage de votre toiture.

  • Le rendement de votre panneau photovoltaïque

C’est lui qui va déterminer si oui ou non vous produirez beaucoup d’électricité ou non. Généralement, les cellules photovoltaïques à aux rendements sont plus coûteuses que celle à bas rendement. Il faut trouver un juste milieu.

Le panneau photovoltaïque n’est en réalité pas écologique : FAUX

Le panneau photovoltaïque est recyclable à 80 %. Et certaines entreprises monte son taux de recyclage jusqu’à 95 %.

De plus, son bilan carbone dégringole depuis plus de 20 ans.

Tout n’est pas si rose

Coût de l’équipement

Comme vu précédemment, le photovoltaïque reste un investissement à moyen terme. Même si son prix a chuté, il reste tout de même conséquent. Prévoyez environ 3 € par Wc (Watt-crête) pour installer et acheter vos équipements. En fonction de votre consommation, on préfèrera installer un certain nombre de panneaux. Compter 8 panneaux qui recouvreront 16 m² pour une consommation annuelle inférieure à 11 000 kWh (1 600 €). Si vous vous situez plutôt entre 11 000 et 17 000 kWh, voyez pour 16 panneaux d’une puissance totale de 6 kWc. Avec un ménage qui consomme encore plus, optez pour 24 panneaux.

Il faut aussi compter l’onduleur et/ou le transformateur pareil pour des batteries. Il est conseillé de revendre son électricité au réseau EDF. Même si la vie en autarcie peut donner envie, il faudra alors investir dans des batteries qui :

  • coûte très chères ( 3 000 € pour s’alimenter pendant une nuit et une matinée)
  • ont une durée de vie de 7 à 10 ans
  • sont peu recyclables (au grand maximum 70 %)

Bref, ce n’est pas la meilleure façon de vivre écologiquement.

L’installation

Les installations moyennes se font avec des panneaux photovoltaïques de 3 kWc comme puissance. Tout d’abord, pour ce genre d’installation le coût se situe entre 9 000 € et 12 000 €. Cependant, ce prix approximatif peut varier en fonction de :

  • Nombre de panneaux photovoltaïques
  • Matériaux utilisés
  • Facilité d’accès au toit
  • Coût de raccordement (compté entre 3 000 € et 4 000 €)
  • Coût du changement d’ondulateur (compté entre 1 000 € et 2 000 € tous les 10 ans)

Ensuite, il faut aussi considérer le matériau utilisé pour votre toiture. Certains rendent la pose difficile voir même impossible. Parmi ces matériaux, il y a :

  • Le zinc
  • Le shingle
  • Le fibrociment
  • Les tuiles en goudron
  • La chaume
  • Les toitures végétalisées
La taxe TURPE (Tarif d’Utilisation des Réseaux Publics)

Cette taxe permet de financer la gestion du réseau électrique, le transport et la distribution d’électricité. Que vous vendiez totalement votre électricité ou uniquement son surplus, vous serez dans l’obligation de la payer. En revanche, le montant qui est de l’ordre de 40 € par an varie en fonction de votre statut. Cependant, si vous avez choisi le mode de vie en autarcie, n’utilisant pas le réseau vous ne devez pas la payer.

Les aides pour le panneau photovoltaïque

Attention, MaPrimeRénov’ ne finance pas le photovoltaïque. Effectivement, cette installation rentre dans la catégorie d’autoconsommation énergétique et non pas de rénovation énergétique. Si vous avez un système solaire hybride photovoltaïque et thermique, MaPrimeRénov’ aide uniquement la partie thermique. Pour des informations plus pointues vous pouvez visitez ce site.

La prime à l’autoconsommation

Elle encourage les ménages à passer à la transition verte. Pour en bénéficier, il faut respecter quelques conditions :

  • Vendre votre surplus et non pas la totalité à EDF en signant un contrat
  • L’installateur doit être certifié RGE (Reconnu Garant de l’Environnement)
  • Vos panneaux doivent être installés parallèlement à votre toiture ou à plat ou avoir une fonction d’allège, de brise-soleil, de bardage…

Son montant varie en fonction de la puissance de l’installation. Son versement est réparti équitablement sur 5 ans. Voici les tarifs du premier semestre de 2021 :

panneau photovoltaïque
TVA réduite

Les installations de moins de 3 kWc de puissance bénéficie d’une TVA à 10 %. Celles au-dessus sont soumises à une TVA de 20 %

Tarif d’achat subventionné au kWh

En signant un contrat avec EDF Obligation d’Achat (OA), vous pouvez être rémunéré en fournissant votre électricité à ce réseau. Ce service est mandaté par l’État depuis la loi du 10 février 2000.

Voici les tarifs du deuxième semestre de 2021.

panneau photovoltaïque
Les aides de certaines collectivités locales

Enfin, vous pouvez également bénéficier d’aides locales. Pour cela, vous devez vous renseigner auprès de de votre ville, département ou région. Voici la liste des régions qui en propose :

  • l’Auvergne-Rhône-Alpes
  • le Grand-Est
  • la Nouvelle-Aquitaine
  • l’Île-de-France

Malgré la démarche qui peut être fastidieuse, l’aide peut monter des fois jusqu’à 15 000 €.

Une potentielle exonération d’impôt

Votre installation de panneaux photovoltaïques peut vous offrir une exonération d’impôt. Mais vous devez respecter quelques conditions, auquel cas vous aurez à l’inverse un malus Vous devez :

  • Avoir une puissance d’installation inférieure à 3 kWc
  • Être raccordé au réseau EDF à moins de 2 points
  • Ne pas exercer d’activité professionnelle à partir de votre installation

Avec une installation de plus de 3kWc, les revenus que vous aurez réalisé grâce à la vente de votre surplus est imposable.

Les kits de panneaux photovoltaïques

Certains ont entendu parler de l’existence de ces kits. Comme son nom l’indique, il permet d’installer des panneaux photovoltaïques soit même. Il donne à croire que c’est plus intéressant et donc moins cher que d’installer classiquement son système photovoltaïque.

Effectivement son prix est plus bas, mais il n’a pas un grand écart avec celui d’une installation classique. De plus, ce kit n’est finalement pas intéressant. Car son installation sans aide est risquée. Vous devez à minimum être bricoleur et électricien. Une mauvaise pose risque de démarrer un feu ou de créer des infiltrations ou encore une électrocution. Autre désavantage, l’installation n’étant pas faite par un professionnel et encore moins par un artisan RGE, vous ne bénéficiez ni de la garantie du professionnel qui intervient pour le moindre problème, ni de la prime à l’autoconsommation.

Laisser un commentaire